ADEPTUS ASTARTES

Le forum français dédié aux Space Marines
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Herezy
Marine Devastator
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 17/11/2012

MessageSujet: [Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion   Mar 17 Juin 2014 - 22:22

Bonjour tout le monde.
Dans ce topic vous pourrez retrouver de courtes histoires (non chronologiques) retraçant l'histoire d'Ellyision.
Cette planète, (monde ruche) est celle avec le background le plus important.

Pour ceux n'ayant pas eu le courage de lire ma très longue nouvelle, je vais poster ici ma version la plus récente de la chute d'Ellysion.
Il n'y a bien évidement aucun spoil avec ma nouvelle principale.

Dans un second post, puis dans tous les autres, vous trouverez les histoires courtes retraçant l'histoire (avant et après la chute)

Voici maintenant le texte retraçant la chute.
Retrouvez l'histoire intégrale dans ce lien
(également disponible dans une version moins récente sur ce forum ! Smile

XII – LA CHUTE






« J’étais là, le jour où Ellysion est tombée. »
Miranda Bett. Commandante en chef de la Résistance.

« Ce n'est pas une planète. Ce n'en est plus une. C'est un panier de serpents. Et ceux assez fou pour se jeter dedans ne sont que des souris à tendances suicidaires. »
Colonel Katarov. Compte rendu de l’opération Libération d’Ellysion.

« Il est de la folie des hommes de se croire acteurs sur la scène de l'Histoire. Croire que nos actes puissent affecter cette grande procession qu'est le passage du temps n'est qu'une chimère que l'homme aime espérer. Et pourtant, Ellysion, autrefois joyaux étincelant du secteur Daryniss, n'est maintenant plus que cendres et morts. Un changement causé par nous, l'Homme.»
Source anonyme. Flotte de l'Ordo Malleus. Mission Exterminatus. Année : non-spécifiée.



Cinq-heure trente-sept, heure locale. L’aube se levait paisiblement sur les niveaux supérieurs de la ruche. Au dessus des nuages de pollution, les premières lueurs baignaient la ruche d’une intense lumière. Comme toujours, la relève de la garde arrivait devant la majestueuse forteresse des quartiers Superioris. C’était une matinée calme et relativement bien ensoleillé pour un monde-ruche. À cette hauteur, les fumées des manufactorum étalés sur toute la surface ne les souciaient guère, les usines et autres centres de productions occupant les niveaux inférieurs.
Leur invité devait arriver dans moins d’une heure et Pélador n’avait pas fermé l’œil de la nuit. La nouvelle qu’un Astartes arrivait à bord d’une navette spatiale pour s’entretenir avec le gouverneur le perturbait.
Que peut bien nous vouloir l’Astartes ? Cette question venait l’inquiéter dès qu’il commençait à s’assoupir.
Finalement, il décida qu’il était maintenant trop tard pour tenter en vain de s’endormir.
Pélador se leva, prit une douche rapide avant de s’habiller. Il avala quelques friandises sucrées et sortit de chez lui.
Il se rendit compte que ses vêtements n’étaient pas repassés, et pendant tout le chemin vers la salle de réunion il fit son possible pour ne plus paraitre débraillé.
Mission qu’il comprit infructueuse, lorsque le garde de l’entrée le dévisagea longuement.
Il lâcha un soupir et, arrivé devant les portes, il se recoiffa rapidement puis entra.
- Ah, ministre Pélador, vous voilà enfin. Lança à haute voix le commandant Rodes.
Pélador le fusilla du regard et referma la porte derrière lui.
Le rouge des murs recouverts de velours absorbaient les rayons de soleil entrant par l’immense baie vitrée, tandis que les bordures d’or reluisaient de mille-feux à son contact.
- Vous nous avez presque manqué cher Pélador. Dit Miranda d’un ton amical pour détendre l’atmosphère.
Il la salua d’un geste de la tête et celle-ci sourit. C’était une femme ravissante, au visage pâle et à la chevelure d’or tombant au creux de ses reins. Ses courbes parfaitement dessinées ressortaient majestueusement bien sur ses vêtements collés au corps. Elle savait que Pélador avait un faible pour elle, mais très franchement, tous les hommes en avaient un. Cependant, cela l’importait peu. Elle en jouait plus qu’elle ne se prenait au sérieux.
Le gouverneur Tredaur se leva de son siège et salua Pélador qui arracha avec peine son regard de Miranda.
- Asseyez-vous, intima le gouverneur en s’écrasant de sa masse corpulente dans son confortable siège. Il cracha une toux grasse, s’éclaircit la gorge et reprit la parole.
Bien, maintenant que nous sommes au complet commençons. Le seigneur Alric membre du chapitre des Black Templar devrait arriver dans une vingtaine de minutes. Et pour être franc cette visite surprise ne me plait guère. Est-ce que quelqu’un autour de cette table a la moindre idée de ce que l’Astartes nous veut ? Demanda-t-il tout en se grattant son cou bedonnant.
Tous les ministres restèrent silencieux, incapable de répondre à cette question.
- Par l’Empereur, je n’aime pas ça. Jura Tredaur.
- Et vous avez raison de vous inquiéter gouverneur.
La voix inconnue d’un grave profond et métallisée provenait d’une porte isolée sur la gauche de la pièce. Toute l’assemblée tourna la tête, surprise par cette réponse audacieuse.
Les yeux de Tredaur s’écarquillèrent à la vue du guerrier en armure noire. Incapable d’ouvrir la bouche, Miranda prit la parole à sa place.
- Seigneur Alric, commença-t-elle en inclinant la tête. Nous sommes honorés de votre présence parmi nous. Même si je vous le concède, nous nous questionnons sur la raison qui vous amène ici.
Le Space Marine détourna ses yeux du gouverneur et les plongea au plus profond de son interlocutrice. La phrase de Miranda permit au gouverneur Tredaur de se reprendre et il se leva avec difficulté pour accueillir l’honorable invité.
- Monseigneur, comme le dit ma ministre, votre visite nous honore. Mais il est vrai que votre arrivée nous perturbe.
Alric ne lâcha pas des yeux la femme qui lui soutenait son regard, laissant la phrase du gouverneur s’envoler dans le néant.
Tous attendirent de longues secondes avant que finalement le surhomme ne reprenne la parole.
- Considérez-vous qu’il n’y est aucune préoccupation majeure sur votre planète qui vaille la peine de mon déplacement ?
- L’hérésie est finie. Se justifia Tredaur. Les armées impériales et les vôtres ont depuis longtemps tué les traitres pourrissants dans les bas quartiers.
- Vous ne m’apprenez rien. Le coupa froidement Alric. Je n’ai rien oublié de ce que mes frères et moi avons accompli sur cette planète bien avant votre nomination au poste de gouverneur…
À nouveau, le gouverneur ne sut quoi répondre et bégaya quelques mots incompréhensibles.

- Maintenant je comprends pourquoi ce monde connait de telles difficultés. Lâcha le guerrier d’un ton accusateur. Trop de mes frères sont tombés pour sauver ce monde et vous le laisser retomber dans la ruine, ceci n’est pas acceptable.
- De nombreux gardes ont également perdu la vie avec honneur Monseigneur. Se risqua Miranda.
Alric fit une pause, de marbre, le regard dans le vide, tel une statue.
Il semblait se remémorer des souvenirs longtemps délaissés.
- Il est vrai. Finit-il par acquiescer d’un hochement de tête. Leur mémoire vous honore. Ne la salissez pas.
Miranda se contenta d’accepter la remarque tandis que le gouverneur Tredaur revint à la charge.
- Vous avez raison seigneur, nous allons honorer avec plus de ferveur les soldats tombés pour notre monde. Je vous remercie de vous être déplacer pour un tel conseil.
Alric ne broncha pas à l’insulte de Tredaur, ne lui décrochant même pas un regard.
- Je déclare l’état d’urgence. La loi martiale est installée et prend effet dès à présent. Gouverneur, vous êtes démis de vos fonctions de façon définitive. Gardes, emmenez-le dans ses quartiers et il devra y rester jusqu'à nouvel ordre.
- Quoi ?! S’emporta Tredaur. Mais vous êtes devenu fou ! JEdirige cette planète ! Par l’Empereur je ne vous laisserai pas m’éjecter de la sor…
Le gouverneur n’eut jamais la chance de finir sa phrase. Un bolt explosa sa cervelle, répandue au quatre coins de la pièce. Le corps massif du gouverneur s’écrasa dans un bruit sourd.
Miranda poussa un cri d’horreur, tandis que les autres ministres restèrent immobiles, terrorisés par ce qui venait d’avoir lieu sous leurs yeux.
Les gardes emmenèrent les restes du gouverneur hors de la pièce.
Alric rengaina son arme de poing et prit la parole.
- Vous. Pointa du doigt Alric. Vous remplacerez le gouverneur. Dorénavant, vous me suivrez et obéirez à tous mes ordres.
- Oui Monseigneur. Dit la jeune femme avant de venir se placer près du mastodonte.
- Bien. Qui s’occupe des affaires de sécurité militaire sur ce monde ?
Personne ne bougea.
- Vite, je n’ai pas de temps à perdre avec ça.
Le commandant Rodes fit un pas en avant.
- C’est moi Monseigneur.
Alric se retourna face à l’homme d’âge mur.
- Bien, quel est la situation militaire de la planète ?
- Je vous demande pardon ? S’enquit le soldat. Sommes-nous en guerre Monseigneur ?
- Considérez que oui. Maintenant, répondez à ma question.
Sans se décontenancé, le commandant prit une disquette dans son veston et la brancha dans le lecteur holographique central.
Alors qu’il commençait à parler, la fin débuta.

Une explosion dantesque pulvérisa plus d’une dizaine de niveau de l’immense tour, réduisant à néant tout le pan extérieur de la structure. Le métal fondu fut soulevé dans le ciel à plusieurs centaines de mètres, le sommet de la tour disparu sous une autre détonation supprimant plus d’un tiers de l’édifice.
En plein cœur du cauchemar, la grande salle de réunion se retrouva ouverte sur le vide. L’appel d’air aspira hommes et femmes à travers le trou béant. Un rideau de feu pénétra dans la brèche, carbonisant la plupart des conseillers et ministres survivant.
Miranda hurla de terreur lorsqu’elle senti le sol disparaitre sous ses pieds. Alric la rattrapa en vol in extremis. De son bras gauche, il ouvrit la porte derrière lui et d’un mouvement de bassin il y envoya sans ménagement la jeune femme avant de s’y jeter à son tour. L’instant d’après, les flammes léchèrent la porte derrière eux.
- Venez, dépêchez-vous. Cria Alric.
Encore choquée Miranda, blottit contre l’angle d’un mur ne bougea pas.
Il l’agrippa par la taille et couru en direction de la sortie opposée.
Tout en courant pour sauver sa vie, Alric risqua un coup d’œil furtif sur sa droite. Toutes les vitres s’étaient brisées sous le souffle du cataclysme et une vision d’horreur le frappa. Les tours des niveaux Superioris explosaient, l’une après l’autre, s’effondrant telles de vulgaire quilles heurtées de flanc.
Il entra dans une salle intérieure de la tour, fracassa une vitre du poing et prit un masque à oxygène qu’il posa délicatement sur la jeune femme.
Des alarmes hurlaient à tous les étages, leurs hululements couverts par le bruit de métal froissé se tordant sous la pression.
Se son fit comprendre à Alric quel sort leur était réservé s’ils restaient ici plus longtemps. Peu à peu, les plus hauts niveaux de la tour penchèrent à l’horizontal et il finit par courir sur les murs.
Dans cet environnement entièrement modifié, Alric manqua les escaliers sans s’en rendre compte. Arrivé dans un cul de sac, et jugeant qu’il n’avait plus assez de temps pour faire machine arrière, le croisé dégaina son pistolet bolter d’une main experte.
- Protégez-vous votre visage et tenez votre masque.
Miranda obéit sans réfléchir telle une jeune enfant face à son dieu.
Alric ouvrit le feu et la vitre blindée explosa, créant un appel d’air qui ne déstabilisa que légèrement le croisé.
- Tenez-vous à moi ! Hurla-t-il.
Il recula de trois pas et s’élança à pleine vitesse vers le trou.
Tel un bolide inarrêtable, Alric sortit de la tour en plein vol avant de poser ses lourdes bottes sur les parois horizontales du bâtiment se tordant dans un crissement au bruit insoutenable.
Les vitres blindées se fissuraient sous le choc de ses pas.
Le Templar mit de coté ce détail gênant et continua son sprint sur le flanc extérieur de l’édifice, remontant vers les niveaux inférieurs qui se retrouvaient maintenant plus haut que les restes de la pointe de la tour en flammes piquant toujours plus bas vers le sol.
À cette altitude, le vent soufflait sans interruption.
En état de choque, le panorama imprenable que lui offrait leur course folle au dessus des nuages coupa le souffle à Miranda lorsque ses yeux se posèrent sur sa planète en feu.

Tout autour d’elle, sur un fond orangé de levé de soleil, les hautes tours de la ruche Superioris disparaissaient sous des champignons lumineux. Les flèches érigées vers les cieux dépassant le tapis de nuages pollués gris-orange s’effondraient de toute part, happée par la gravité. A perte de vue son monde en flammes, se consumait dans une terrible et lente agonie. Miranda crut entendre les hurlements d’horreurs des milliards d’hommes et de femmes impuissants voyant les mastodontes de métal fondre sur les ruches inferioris. Malgré la fin des temps, son porteur continuait sa course, sans que rien ne semble l’arrêter.
Comme pour la contredire, la tour pliée en deux tel un angle de porte céda sous la pression dans un crissement terrible et le Templar perdit l’équilibre sur ce sol de fortune devenu instable. En quelques secondes la moitié supérieur de la tour qui se trouvait à l’horizontal chuta au ralenti toujours plus bas vers le sol et Alric devint incapable de courir sur une pente aussi raide. Il voulu s’accrocher à l’une des fenêtres mais manqua sa prise. Entièrement retournée, le haut de la tour fut à nouveau en position verticale et le Space Marine se résigna à ne plus continuer sa progression.
Il glissa et tomba une dizaine de mètres plus bas à pied joint sur les restes d’une terrasse à l’envers, amortissant avec soins le choc de sa chute.
- Il faudra nous contenter de ça. Cria le croisé. Tenez-vous bien, l’impact risque de nous secouer.
Miranda acquiesça et s’agrippa de toutes ses forces à un conduit d’évacuation.
Elle vit la surface se rapprocher inexorablement toujours plus près d’eux. Leur fin approchait, mais Miranda ne vit pas toute sa vie défiler comme le voulait la rumeur. Non, rien ne se passa, seul le titan d’acier s’écroulait au ralentit.
Tel un géant que l’on abat, le mastodonte s’écrasa dans une violence n’ayant que pour égal la colère d’un dieu. Un tsunami de poussière vint noyer les décombres de ce qui avait été autrefois une ville Impériale.
Secoué par le choc, Miranda resta las, immobile, assise sur les restes de la tour Superioris. Le regard hagard, elle vit son monde disparaitre dans un brasier infini. Des navettes et autres vaisseaux alors en vol à l’heure de la chute tentaient désespérément d’éviter les géants d’aciers qui s’effondraient dans un bruit assourdissant. Des rocs de la taille de maisons pleuvaient du ciel, écrasant tout, sans distinction.
Alric l’agrippa par l’épaule, la sortant de sa torpeur.
- Venez, entrez ici et restez-y. Si vous voulez vivre, marchez sans relâche, enfoncez vous au plus profond de ce qu’il vous sera possible. La surface n’est plus sure. Vous me comprenez ? Marchez, et ne vous retournez pas.
Miranda hocha la tête d’un signe affirmatif.
Elle entra dans les égouts et vit pour la dernière fois son sauveur, dégainant son arme d’un bleu océan.

_________________
Si vous aimez lire, voici ma nouvelle en cours d'écriture :

Cliquez ici pour lire ma nouvelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herezy
Marine Devastator
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 17/11/2012

MessageSujet: Re: [Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion   Mar 17 Juin 2014 - 22:23

Voici maintenant, comme promis mon deuxième post avec ma première histoire courte :

***** CHRONIQUES D'ELLYSION *****
***** Chronique de Miranda Bett n°1 *****

Tout n'est que poussière.

Je ne sais pas exactement combien de temps s'est écoulé depuis la chute...
Il s'est passé tellement de choses en si peu de temps que j'ai encore du mal à tout bien assimiler.

Étrangement, ce fut le jour suivant la chute le plus difficile. Une fois l'adrénaline et la terreur disparue, c'est la peur et le désespoir qui viennent vous faucher.
Si vous pensez connaitre la peur, c'est que vous vous fourvoyez.
La peur, la vraie peur, celle qui vous attrape par la gorge, et ne vous relâche plus. Celle qui fait oublier à votre corps qu'il doit respirer, car trop apeuré pour faire le moindre bruit lorsque les prédateurs rôdent. Cette peur, moi, je l'ai connu la première nuit après la chute... Les ténèbres absolues des égouts, ou tout devient menace, chaque son, chaque objet... les hurlements au lointain, les bruits de pas dans les canaux drainant les détritus, la respiration hasardeuse d'un homme devenu bête traquant sa proie... vous.
Lorsque vous avez vécu de telles horreurs, il devient difficile de trouver le sommeil.
Je me prend parfois à repenser à la ville et à ses tours d'argent... Mais alors revient le même cauchemar, la mort le chaos, la destruction, la fin de toutes choses...
Maintenant, lorsque de telles pensées me viennent, j'ai pris pour habitude de les enfouir au plus profond de mon esprit.
Avec le temps, on s'y fait. C'est comme tout je suppose...
L'humanité s'adapte.
Lorsque je lève la tête de cette vieille pixo-tablette, je vois par les trous de ma toile qui me sert d'abris des hommes et des femmes fiers qui survivent dans ce qui était autrefois une zone pour les déchets de notre civilisation.
Notre campement de fortune prend peu à peu forme. Certains soldats sont même venus me demander l'autorisation de barricader des entrées qu'ils considéraient comme "difficile à protéger".
Quelle naïveté... Mais, leur détermination est admirable.
Avec le temps, de plus en plus de personnes sont venus me demander conseils ou autorisations. Et ce n'est que très tardivement, lorsque par cette même "fenêtre" j'ai entendu l'un des jeunes du camp dire "d'aller demander au commandant" que j'ai compris qu'ils me considéraient comme leur chef.
Je n'ai jamais souhaité cette tâche. Et pourtant me voilà maintenant dirigeante du campement.
Très rapidement, la soif et la faim se sont fait sentir. Les aliments et détritus que nous trouvions à nos pieds se sont mis à manquer, et il a fallu organiser des groupes pour aller récupérer de quoi survivre.
Il va sans dire que cette tâche est risquée. Les prédateurs qui rôdent vers les niveaux supérieurs nous compliquent les choses.
J'ai tendance à dire que trop peu d'entre nous ont survécu. Mais lorsque je vois la difficulté que nous avons pour subvenir à nos besoins, je me dis qu'il aurait été impossible d'en accueillir plus.
Les excursions apportent parfois de bonnes nouvelles. De temps à autre, des survivants sont retrouvés. Mieux encore, il y a trois jours de ça, le groupe d'Izmyr a "trouvé" une ancienne cache d'arme de gang.
Nous avons enfin de quoi nous défendre.
Et maintenant que j'y repense, l'idée des barricades n'était pas si stupide.
Je l'ai certainement déjà écrit, mais le répéter ne coûtera rien.
Tous ces hommes et ces femmes me rendent fiers. Je donnerai volontier ma vie pour sauver l'un d'entre eux....
Et puis de toute manière, qui lira ce qu'une pauvre folle comme moi écrit? Qui par l'Empereur trouvera ce pix dans un trou aussi pourri que le nôtre.
J'écris plus pour expurger mon esprit que pour narrer ce qu'il s'est vraiment passé ici.

D'ailleurs à ce sujet, j'en ai oublié de raconter la journée suivant la chute.

Dès la seconde journée, après avoir... - Oh Yperia et Ked m'appellent. Je continuerai plus tard. Après tout, rien ne presse...

_________________
Si vous aimez lire, voici ma nouvelle en cours d'écriture :

Cliquez ici pour lire ma nouvelle


Dernière édition par Herezy le Jeu 19 Juin 2014 - 9:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Technoprêtre Hayt
Ecuyer du Primarque
avatar

Messages : 842
Date d'inscription : 11/06/2012
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: [Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion   Mer 18 Juin 2014 - 19:59

Coucou Herezy! Je suis très content que tu puisses reprendre ton histoire qui m'a beaucoup plu et j'attends la suite avec impatience!

_________________
En rouge, je modère...

"Le pouvoir réside dans la Technologie."

(__/)
(='.'=) Copie ce message et mets le dans ta signature pour que le lapin domine un jour le monde!
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Technaugure
Techno-Barbare
avatar

Messages : 2677
Date d'inscription : 29/11/2011
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: [Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion   Mer 18 Juin 2014 - 20:25

J'en ai relu tout ton récit sur l'autre poste.
Vivement la suite !!!!

_________________
En orange je modère, sinon je discute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herezy
Marine Devastator
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 17/11/2012

MessageSujet: Re: [Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion   Mer 18 Juin 2014 - 21:17

Salut salut, j'ai eu assez de temps aujourd'hui pour pondre une petite suite.
voilou la chronique suivante Smile
Spoiler:
 



***** CHRONIQUES de Miranda Bett n°2 *****




... - Izmyr vient de nous mettre dans la merde jusqu'au cou. A cause de ses conneries, le camp est menacé.
Pour être franche, je ne l'ai jamais senti celui-là.
Depuis son arrivée, j'ai eu des doutes, et il est toujours resté évasif sur son passé. Hier, cet idiot est revenu la bouche en coeur expliquant qu'il avait tenté de voler un appareil de communication à un groupe de pillards. Bien-sur, il s'était fait attraper.
Ils l'ont laissé "s'échapper" lorsqu'il leur a parlé du campement, de nos provisions et des femmes s'y trouvant...
Le pire, et j'en suis persuadée, c'est qu'il n'a même pas compris ce qu'il vient de commettre...

Ked lui a envoyé une droite très "chaleureuse" qui avait pour but de lui faire comprendre la stupidité de son acte. Lorsque je suis arrivée, Izmyr était dans un tel état que je pense qu'il avait dut entièrement saisir l'idiotie son erreur.
J'ai posté Ked et Toron en faction mais si les pillards décident de se montrer, il est clair que ça ne les arrêtera pas...
Je ne peux pas faire grand chose en plus. Maintenant il n'y a plus qu'à attendre. Et espérer qu'ils ne viennent pas.
Ce qui me laisse donc un peu de temps pour continuer mon récit...

...Dès la seconde journée, après avoir contourné plusieurs cadavres à moitié dévorrés gisant dans des positions improbables, je suis finalement tombée sur quelqu'un de bien vivant. Les grondements sourds à la surface s'étaient calmés, et seule quelques explosions irrégulières dénotaient du calme trompeur.
Après plusieurs heures sans incidents, la peur laissa place au désespoir.
A quoi bon survivre à un tel massacre si c'était pour finir blottie seule dans un coin entre deux merdes et creuver de soif?
Ou aller? Que faire ? D'autres avaient-ils survécu tout comme moi?
Alric avait insisté. Je devais m'enfoncer le plus possible vers les profondeurs.
Mais dans quel but ? Vivre ?
Mais quelle vie... se cacher au plus profond de la terre, entouré de déchets et sans jamais revoir la lumière du soleil.
Est-ce donc ce que le destin me réserve?
Des bruits de pas me tirèrent de ses pensées moroses.
Quelqu'un au loin approchait. J'ai tout d'abord pensé à un autre de ces monstres ayant perdu la raison. Je ne me souviens pas avoir cherché une cachette. Et pourtant je me revois encore cachée derrière l'un des tuyaux d'évacuation, trop terrifiée pour jeter un coup d'œil sur la silhouette.
Ce fut un bruit sourd qui me sortit de ma torpeur.
La chose qui s'aprochait, venait de s'écrouler mollement dans le caniveau.
Tiraillée, ma raison me hurlait de fuir tandis que ma curiosité me l'interdisait.
Je pense que c'est le premier choix que j'ai pris que l'on pourrait définir comme "courageux".

Il est vrai que je ne me considère pas comme quelqu'un de très courageuse de nature. Du moins pas ce type de courage.
Aujourd'hui encore, je me surprend à agir de la sorte. J'imagine que les responsabilités et le respect des hommes et des femmes du camp ont influencé mon comportement. Honnêtement, c'est une question qui me taraude toujours.
Moi qui pensait qu'il était impossible de changer une personne...
Me voilà bien maline avec mes préjugés.
J'en viens à penser que l'ancienne Miranda Bett a péri dans les flammes avec le monde qu'elle connaissait.

Enfin bon, je m'égare.

Après de longues secondes d'hésitations. Ma raison l'emporta, et je pris la décision de rebrousser chemin jusqu'a ce que j'entende des jurons typiquement impérial.
A cet instant précis, je me souviens d'avoir remercié intérieurement le charmant officier de la garde qui me courtisait depuis quelques années. Le pauvre, il devait être mort maintenant. Comme tous les autres...

L'Officier impérial étalé au sol rampa jusqu'au mur pour s'y appuyer. Son veston était partiellement déchiré il lui manquait toute sa manche gauche. Du sang séché recouvrait son bras mis à nu. L'officier impérial au sol leva son arme vers moi lorsqu'il finit par me remarquer.
- Dégage saleté, ou je te flingue comme les autres.
Ce fut la toute première phrase que j'entendis après les événements passés la veille.
- Vous êtes blessé ? Demandai-je innocement en approchant avec prudence, une barre de fer entre les mains.
L'officier leva la tête et toute ma vie je me souviendrai de ce regard.
Les yeux dans les yeux, sans un mot et pas plus d'une seconde suffit pour que chacun transmette à l'autre l'horreur qu'il avait vécu.


- Je m'appelle Miranda Bett. Et je ne peux vous en dire plus sur moi. Car tout ce que j'avais est perdu pour toujours.
- Yperia Delass, enchantée je suppose.

_________________
Si vous aimez lire, voici ma nouvelle en cours d'écriture :

Cliquez ici pour lire ma nouvelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herezy
Marine Devastator
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 17/11/2012

MessageSujet: Re: [Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion   Jeu 19 Juin 2014 - 22:00

***** CHRONIQUES de Miranda Bett n°3 *****








Yperia Delass, était une jeune femme à la peau claire et aux cheveux roux mi-longs.
Après une courte analyse, l'état d'Yperia semblait être bien plus préoccupant qu'elle n'avait voulu laisser paraître.
Plusieurs marques de morsures parcouraient son bras dénudé.
Mais sa blessure la plus sérieuse se trouvait plus bas.
Une entaille d'une dizaine de centimètres traversait sa cuisse droite.

- Votre jambe saigne.
- Je n'ai pas eu la chance de croiser un toubib sur la route. Cracha-t-elle avant de laisser échapper un gémissement.

Je ne sais plus vraiment ce que j'ai répondu, mais Yperia ne sembla pas vraiment y prêter attention.


- Est-ce une nouvelle forme de médecine que vous faites là ?
- Pardon?
- Rester planter devant moi comme ça là. Lâcha-t-elle d'un geste de la tête.
Ca va me guérir ? J'espère au moins que c'est indolore.
- Je... Je n'ai aucune idée de quoi faire. Admis-je en baissant le tête.
- Dommage, moi qui espérait que vous étiez toubib...

Malgré la situation, cette remarque m'arracha un sourire.
L'humour de la garde impériale à toujours été très "spécial". Mais avec le temps j'en suis même venu à l'apprécier. Comme quoi... Voilà une nouvelle preuve que les gens changent.

- Bon, il va falloir arrêter ça et vite. Dit-elle en pointant sa cuisse de son nez.
Sans un mot, je me souviens avoir hoché la tête prête à tout.
Lorsque enfin vous rencontrez une personne qui ne souhaite pas votre mort, croyez-moi, une motivation jusque-là inconnue vous pousse à agir.

- Que dois-je faire ?
- J'imagine que vous n'avez rien pour refermer une plaie?
Je ne sais plus qu'elle grimace j'ai fait, mais Yperia compris instantanément.
- Ça aurait été trop beau... Bon, arrachez un morceau de tissus et serrez le aussi fort que vous pouvez sur la plaie.
J’acquiesçai, prête à agir lorsque je me rendis compte d'un léger détail.
- Quoi ? Demanda Yperia en me fixant dans les yeux.
Elle décrocha son regard du mien et analysa mes vêtements.
- Sérieusement ? Vous vous foutez de moi. Une tenue intégrale colle-au-corps en cuir moulant ? ...
C'est une blague... Il fallait que je tombe sur LA minette aux dernières tendances des quartiers supérieurs.
- Hey, c'est pas comme si j'avais prévu de jouer les docteurs dans les égouts.
- Peu importe, arrachez-moi l'autre manche et faites ce satané nœud.

Par la même occasion, j'ai découvert, que déchirer une veste impériale n'était pas une chose si simple.
A cet instant, je n'avais aucune idée de comment Yperia avait perdu sa manche gauche, mais cela avait dut être violent.
Et de toute façon, j'allais très rapidement le découvrir...

- Serrez plus fort ! Vous voulez que je crève ou quoi ?
- Je ne voulais pas vous faire mal.
Yperia lâcha un soupir suivit par une armée de juron.
- Chut ! Vous avez entendu ?
- Entendre quoi ? Moi qui pisse le sang ?
- Taisez-vous. Je vous dis que j'ai entendu du bruit.
Yperia prépara une nouvelle réplique affûtée lorsqu'une grille d'un des conduits s'ouvrit brusquement.
- C'est pas vrai... Pas encore lui... Grogna-t-elle désabusée.
J'ai peut être oubliée de vous préciser que j'avais de la compagnie.
- Il est avec vous ?
- Disons plutôt qu'il me suit depuis plusieurs heures. Il est l'auteur de cette charmante plaie à ma cuisse et de toutes ces morsures sur mon bras.
- Quoi ? C'est lui qui vous a fait ça ?!
Yperia hocha de la tête et continua.
- Il est sacrément coriace ce salaud. Je lui ai décoché trois décharges et pourtant il est encore debout. Apparemment il n'a pas vraiment apprécié que je le flingue.
- C'est impossible !
- On dirait bien que si. Allez, assez discuté. Il vaudrait mieux décamper, serrez ce foutu noeud et tirons-nous d'ic... AAAaaah ! Bordel !
- Je pense que c'est assez serré maintenant.
Yperia grogna de plus belle lorsque je la mis sur pied.
- Tenez-vous à moi.
- J'y compte bien.
- Dites-moi, pourquoi vous ne lui tirez pas dessus ?
- Ah ça... Il est vide. Dit-elle d'un hochement d'épaule.

_________________
Si vous aimez lire, voici ma nouvelle en cours d'écriture :

Cliquez ici pour lire ma nouvelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Technoprêtre Hayt
Ecuyer du Primarque
avatar

Messages : 842
Date d'inscription : 11/06/2012
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: [Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion   Ven 20 Juin 2014 - 6:58

Laisse nous le temps de lire! ^^, je te dis ce que j'en pense dans l'après midi Wink

[EDIT] C'est bien parti! Elle m'a l'air bien sympa cette Ministre Wink

_________________
En rouge, je modère...

"Le pouvoir réside dans la Technologie."

(__/)
(='.'=) Copie ce message et mets le dans ta signature pour que le lapin domine un jour le monde!
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Histoires courtes] Chroniques d'Ellysion
» Histoires courtes du Vieux monde
» Histoires courtes de TB
» histoires courtes : les aventures de Simahé
» Histoires à dormir debout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ADEPTUS ASTARTES :: Dark Millenium :: Récits et fluff personnels-
Sauter vers: